logo-chateau-siran

Pour visiter le site de Château Siran, vous devez être en âge légal de consommer de l’alcool dans votre pays de résidence.

En entrant sur ce site, vous reconnaissez avoir lu et accepté ses conditions d'utilisation et sa politique de confidentialité. Vous acceptez que Château Siran collecte et traite vos données personnelles afin d'être contacté ultérieurement.

La consommation d’alcool est dangereuse pour la santé, à consommer avec modération.

Image Alt
  /  Primeurs   /  2016, un grand millésime.

Le millésime 2016 s’annonçait complexe dans la région bordelaise : des températures et des précipitations douces pendant l’hiver, un printemps très frais, un été chaud et très sec avec un stress hydrique important. Heureusement, une pluie miraculeuse au début du mois de septembre a débloqué la situation. Le résultat a été sans conteste un très grand millésime.

Les précipitations record enregistrées au cours des premiers mois de l’année ont permis au sol de constituer des réserves d’eau utiles, tandis que le climat hivernal doux et l’humidité ont créé une forte menace de mildiou. Heureusement, les températures fraîches d’avril à juin, malgré des pluies régulières mais globalement peu abondantes, ont permis de limiter partout son développement.

Le soleil et le vent combinés ont créé des conditions climatiques favorables à la floraison, permettant une floraison homogène et rapide suivie d’une bonne nouaison. Les grappes sont nombreuses et bien réparties, mais malheureusement la pression du mildiou a entraîné la perte de deux parcelles de Petit Verdot.

Par chance, à partir du 15 juin, les conditions sont devenues parfaites : des températures agréables et des nuits fraîches ont permis une croissance régulière. Les mois de juillet et août ont été chauds et secs. La vigne a puisé dans les ressources accumulées lors des pluies du début de l’année. La sécheresse provoque un blocage de la maturation, il faut alors laisser tomber les grappes de raisin pour sauver les jeunes vignes.

Enfin, les pluies de la nuit du 13 septembre ont permis de débloquer l’état de stress de la vigne.

La fin du mois de septembre et le mois d’octobre ont été marqués par un temps sec et doux, ce qui permet d’attendre les maturités optimales pour chacune des parcelles et de procéder à une récolte “à la carte”.

Ces vendanges très tardives, grâce à une belle arrière-saison, se sont déroulées sous le soleil et se sont terminées le 20 octobre avec des Cabernet Sauvignon parfaitement mûrs. Jamais dans l’histoire de Siran nous n’avions vendangé aussi tard.

Les moûts étaient colorés, denses, riches et avaient un beau volume en bouche. Ils ont été tout de suite très aromatiques, sur le fruit avec des tanins riches et fondus, et un très bel équilibre alcool-acidité.

Le résultat est un grand millésime, aussi bon que celui de 2015, mais en plus petites quantités. Les vins sont encore plus concentrés et plus complexes que ceux du millésime 2015, tout en conservant la légèreté typique de Siran.

 

Edouard Miailhe